OISEAUX Tofruokal

10 février 2008

Oiseaux, bird, Réunion, île de la Réunion, Faune, Nature

LES OISEAUX DE L'ÎLE DE

LA REUNION

  Il est important de noter que toutes les photos de cette section ont été prises exclusivement à l'île de la Réunion dans les différents milieux naturels et biotopes , d'autres photos d'oiseaux non locaux sont visibles dans les albums de la section voyage.

ALBUMS

 

LIEN_bec_roses  LIEN_belier  LIEN_caille_patate         

    LIEN_courlis_corlieu  LIEN_cardinal  LIEN_chev_gui         

    LIEN_cailles_pays  LIEN_oiseau_blanc  LIEN_heron_stri_         

LIEN_courlis_cendre  LIEN_francolin  LIEN_heron_gb         

LIEN_hirondelle_de_bourbon LIEN_martin_triste  LIEN_Merle_maurice         

LIEN_oiseau_lunette  LIEN_paille_en_queue  LIEN_Papangue         

LIEN_Poule_d_eau  LIEN_qu_l_a_qu_l_a  LIEN_serin_pays         

LIEN_toulite  LIEN_tourne_pierre  LIEN_tec_tec         

LIEN_tout_pays           IMG_6273       Moineaux_LIEN

CHAQWAT


TOULITE

Le "toulite", souvent appelé localement par son onomatopée "coutil", le lonchura punctulata est une espèce dont le nombre est en diminution car présent de façon inégale sur l'île ayant totalement disparu de certains biotopes où il était légion il y a quelques années...Son approche est assez délicate car farouche, il affectionne les bas de l'île et le littoral de l'ouest notamment, il se trouve par petits flots hors temps de nuptialité. Ces groupes pouvant allez à une dizaine d'individu surtout lors de la sortie des couvées affectionnent grandement les herbes basses, voir les zones sableuses ou il aime picorer à même le sol...

BEC ROSE

Astrild ondulé, bec de corail, espèce assez prolifique à la Réunion cependant trop souvent décimée par les pesticides et autres désherbants qui contaminent leur alimentation... Son observation est aisée car il se trouve du littoral aux hauteurs maraîchères de l'île, il n'est pas rare de croiser des groupes de plusieurs dizaines d'individus, cependant les opérations de désherbages chimiques le déciment dangereusement...

BULBUL ORPHE

Pycnonotus jocosus ou merle de Maurice est un superbe oiseau au chant mélodieux et ayant une délicieuse gestuelle, cependant une espèce envahissante et nuisible à de nombreuses cultures, il s'adapte aisément à quasiment tous types de milieux... Il fait parti de la faune nuisible, car il se nourrit de tout et n'importe quoi, de la couvée d'oiseaux nicheurs à ciel ouvert (serin, oiseau blanc...), en passant par un peu toute sorte d'insectes. Il s'attaque aux cultures fruitières ( papayes, raisins, letchis, pêches...), il n'hésite pas à s'emparer de jeune fruit immature en période peu abondante en nourriture et en bourgeons de toute sorte...

CAILLE FRANCOLIN

Margaroperdix madagascariensis, caille "cave cave" originaire de l'île Rouge, L'une des plus belles cailles de l'île, peu commune, originaire de Madagascar....29 cm, famille des Phasianidaes. Aspect massif, gris, brun et roux. Sourcil jaune, parties ventrales roux-clair barrées horizontalement de noir. Queue courte, rousse à l’envol, pattes rouges. Introduit sur l’île à partir de 1750. D'observation assez délicate , elle affectionne les hauteurs de l'île au niveau des friches agricoles aux herbes semi hautes. Elle affectionne également la forêt des hauts située à plus de 2000m d'altitude.

CAILLE PATATE

Coturnix coturnis africana ou caille des blés, s'entend aisément dans les cultures des hauteurs de l'île, par contre d'une observation difficile car elle se camoufle très facilement dans son milieu, son nom local est une onomatopée:"Bois de patate" quoique les mâles ont également un autre cri un peu différent...Elle est assez commune sans être très prolifique... Son approche est délicate car le plus dure est de la repérée, cette dernière se tapis sans bouger à la moindre alerte et une fois sa distance de sureté atteinte elle s'envole rapidement...

CAILLE PAYS

La caille pays, Turnix nigricollis est trés certainement la plus répandue des cailles de la Réunion alors qu'elle est disparue de Maurice.... Une caille commune sur l'île, se trouvant du litorale, jusqu'à mi hauteur. Son approche est délicate car trés farouche. La femelle est plus imposante et colorée que le mâle. Son cri ressemble à un ronronnement de camion assez peu audible ( "toutoutoutoutou")...

CARDINAL

Le cardinal,foudi de Madagascar, ou Foudia Madagascariensis, l'oiseau le plus remarquable à la Réunion de par son plummage rougeoyant en période estivales...En période nuptiale (septembre à mai), le mâle arbore une éclatante livrée vermillon à l'exception des lores, des extrémités des ailes et de la queue qui demeurent noirs. Les plumes du dos sont brun-noir, largement bordées de rouge. Le bec est conique et noir foncé, les pattes de couleur claire.En période internuptiale le mâle ressemble à la femelle : couleur vert olive, dos strié de noir et ventre jaune-verdâtre. Le bec et les pattes sont de couleur claire. Le cardinal peut alors être confondu avec la femelle du moineau domestique, oiseau très courant dans ces îles. Le cardinal est cependant un peu plus petit, sa queue légèrement plus courte et son plumage plus vert.

CHEVALIER GUIGNETTE

Actitis hypoleucos anciennement appeléTringa hypoleucos, le plus petit des chevaliers, oiseau migrateur peu commun à la Réunion. Le Chevalier guignette arpente assidument les berges des étangs côtiers pour s’alimenter de façon très éclectique d’animalcules extrêmement divers qu’il capture avec son bec effilé. Insectes, larves, araignées, mollusques, vers... constituent le repas quotidien de ce gourmet inlassable. Son approche est difficile car s'envol à la moindre alerte, son vol est rapide, il crie également pendant son vol... Sa marche est rapide, tout en mouvement de la tête à la queue...

COURLIS CENDRE

Numénius arquatus est un migrateur paléarctique, il séjourne sous les tropiques en hivers, trés peu fréquent à la Réunion... On le confond aisément avec le Corlieu, cependant ce dernier est de taille plus petite et avec un bec à la courbe moins régulière que celle du cendré. Le cendré est beaucoup moins fréquent sur les côte de l'île en période d'hivernage...

COURLIS CORLIEU

Numénius phaeopus, oiseau limicole migrateur paléarctique souvent solitaire ou en couple peu nombreux sur l'île mais régulier dans sa migration.

HERON GARDE BŒUF

Le héron garde boeuf, Bubulcus ibis ou egretta ibis est un oiseau migrateur de la famille des ardéidés. Il est extrêmement rare de le croiser sur l'île où il n'y était pas venu depuis plusieurs années. 5 hérons ont été visibles en 2008 à la Réunion et j'ai eu la chance de les rencontrer...

HERON STRIE

Ardéola striata rutenbergi, crabier, butor ou poule sultane, il est inféodé aux zones humides se nourrit de ti lapia, de batracien et de temps en temps de poussin poule d'eau...Admirable lors de sa chasse, espèce peu commune qui semble cependant en expansion. Le strié commence à s'imposer aux bords de mer volcaniques ou il traque les petits poissons de mer et autres crabes piégés par la marais basse dans de petits bassins; Sa chasse par harponnage est toujours aussi impressionnante et fulgurante...

HIRONDELLE DE BOURBON

L'hirondelle de bourbon, Phedina bourbonica bourbonica est un Hirundidés, semblabe à la salangane mais plus grande, blanc sale strié de noir de la gorge aux sous caudale, elle se différencie par l'absence de tâche uropygiale blanche.

LE BELIER OU TISSERIN GENDARME

Ploceus cucullatus spilonotus, Le tisserin est un oiseau grégaire qui s'active tout au long de l'année sur ses sites de nidification.Le tisserin gendarme est un oiseau originaire de l'Afrique du Sud. Son origine à la Réunion remonterait aux années 1880. Selon les dires, la première colonie se serait installée dans la propriété d'un certain M. Bellier, d'où son nom local. Son régime alimentaire est essentiellement constitué de graines et de fruits. Les jeunes sont nourris d'insectes. Le mâle construit plusieurs nids parmis lesquels la femelle effectue son choix. Elle le garnira d'herbes fines, de plumes et y pondra 2 ou 3 oeufs blanchâtres ponctués de beige. Le nid est caractéristique : suspendu par sa partie supérieure, il est composé d'une chambre et d'un couloir d'accès à l'extrémité inférieure. Les nids sont construits en colonies d'environ 50-60, en général dans de hauts arbres. Ils sont d'autant plus visibles que les oiseaux ont dépouillé les branches qui les portent de leurs feuilles.

LE TOURNEPIERRE A COLLIER

Arenaria interpres, Il s'agit d'un limicole qui fréquente de préférence les côtes rocheuses ou les plages et autres bords des étangs. Le tournepierre est migrateur et arrive à la Réunion dés septembre. Il soulève ou pousse les petites pierres avec son bec pour dénicher d'éventuelles petites proies. Il est somme toute d'approche aisée si l'on prend le temps d'y travailler mais se rencontre assez peu... Son plumage se parent de couleurs orangées tachées de noir prononcé lors de ses périodes nuptiales estivales...

MARTIN TRISTE

Le"martin" ou martin triste, Acridotheres tristis. Trés commun sur l'île vit en petit groupe ou trés souvent en couple? Un oiseau au régime trés variés allant des insectes, des fruits et légumes et autres végétaux, aux oisillons de couvée à ciel ouvert; Il ne dédaigne pas une bonne charogne car il n'est pas rare de le voir sur le bord des routes à déguster un crapaud ou un tenrec écrasé...

OISEAU BLANC

L'oiseau blanc, le zostérops borbonicus borbonicus est assez répandu sur l'île, cependant selon où il se trouve son plumage différe quelque peu.

OISEAUX LUNETTE

L'oiseau lunette, zostérops olivaceus est verdâtre avec un anneau de plume blanche autour de l'oeil qui en fait son trait caractéristique. Ce dernier devient assez peu courant car se situe de plus en plus dans les hauts et les milieux assez inaccessibles tels que les ravines et autres entrailles du relief, son vol est plus élevé que celui de borbonicus borbonicus et son cri le rend reconnaissable à distance...

PAILLE EN QUEUE

Phaeton lepturus, oiseau de mer commun qui se retrouve régulièrement dans les terres lieu de nidification où il se rend grâce aux courants ascendants des ravines...

PAPANGUE

Notre PAPANGUE local, le rapace endémique de la réunion dont le nom est Busard de maillard ou circus maillardi maillardi, est menacé car seule 200 couples sont encore dénombrés. La pollution, le braconnage, la lutte contre le rat et la diminution de son habitat sont ses principales menaces...L'observation de ce rapace unique et endémique de la Réunion est devenue pour moi une passion incommensurable, vous n'imaginez même pas les poussés d'adrénaline quand ces derniers passent à quelques mètres au point ou le sifflement de leurs ailes poussées par les courants d'air devient audible...Passion....

POULE D'EAU

Gallinula chloropus pyrrhorrhoa est trés localisée sur l'île en trés petit groupe, essentiellement dans les zones humides et marécageuses...Communément appelée Poule d’eau, la Gallinule est assez commune dans notre région et est inféodé aux plan d'eau des zones litorales.

QUELEA – QUELEA

Quelea-Quelea ou travailleur à bec rouge, de la famille des plocéidés, il est observé ponctuellement à la Réunion, il y est bel et bien installé car j'ai repéré une colonie de 150 individus où plus d'une cinquantaine de nid est comptabilisée. Oiseau à bec rouge, il est de couleur rougeatre/jaunâtre pour le mâle paré d'un beau masque noire foncé, oeil noir cerclé de rouge pendant la période estivale des amours. Entre temps, le mâle et la femelle sont de couleur identique tels une femelle moineau domestique. Oiseau peste d'Afrique, genre de fléau du fait des millions d'individus ravageurs....Qu'en sera -t-il ici à la Réunion??? Encore un exotique!

SERIN PAYS

Le serin pays, serinus mozambicus ou serin du Mozambique est trés certainement l'un des oiseaux les plus rares de l'île aux côtés du tuit tuit et du moutardier, il ne doit peut être avoir qu'une dizaine de couple qui persiste de ci de la sur certaines zones trés isolées...son approche est peu aisée, encore faut il le trouver...

TEC-TEC

Tarier de la Réunion ou saxicola tectes

TOUTERELLE PAYS

La tourterelle pays ou Geopelia striata, colombine zébrée, trés certainement la tourterelle la plus commune sur l'île d'approche aisée en ville et en bord de mer et beaucoup plus farouche en campagne et dans les hauts ou elle reste encore un peu sauvage...Familière et peu craintive, souvent observée en couple, la géopélie zébrée arpente fréquemment les pelouses rases, le haut des plages et les bordures de chemin pour trouver les graines dont elle se nourrit.

 ©2008-2009
Aucune reproduction des textes et des photographies même partielle ne peut être faite, autres que celles prévues à l'articles L 122-5 du code de la propriété intellectuelle-Tous droits réservés sauf autorisation expresse de

Tofruokal/Olivier PAYET
contacter l'auteur

 


















Posté par Tofruokal à 15:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]